Pages

dimanche 2 avril 2017

"Carnaval" La Nouvelle Orleans des années 1919, et un tueur à la hache qui sème la terreur...

Dans un article de mes agendas, j'ai évoqué "New Orléans, une ville sauvée par la musique", après l'ouragan Katrina (http://mescarnetsdenotes.blogspot.fr/2017/03/only-new-orleans-une-ville-sauvee-par.html)



Afin de boucler la boucle, je me dois d'évoquer cette ville aussi dans On ne lit jamais trop

"Carnaval",  de Ray Celestin situe son histoire dans la Nouvelle Orléans des années 1919. 
Traducteur Jean SZLAMOWICZ.

Premier roman remarqué par la critique, parce que original. Un vrai travail de recherche dans les archives pour nous retracer ainsi avec une telle véracité tous ces faits divers qui faisaient la vie des bords du Mississippi. 

Une ambiance que l'on croit retrouver au fil des pages.  


Quatrième de couverture :
Un premier roman exceptionnel, basé sur des faits réels survenus à la Nouvelle Orléans en 1919. Tandis que la musique envahit la ville, un tueur frappe...
Au cœur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…

Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

-=-=-

Que dire de plus : Une idée vraiment originale ! Faire de ce roman classé "thriller", (car il s'agit quand même de retrouver l'auteur de ces crimes horribles, qui sème la terreur, avec ces cadavres massacrés à la hache), le moyen de retracer l'histoire de personnalités qui ont vécu et marqué cette ville. 
Nous y retrouverons entre autres Lewis Armstrong faisant ses premiers pas, dans les bandes musicales des rues, lors des enterrements comme le veut la tradition, aux accords de "Oh, Didn't He Ramble" ... 
https://www.youtube.com/watch?v=Q4dZ5tmOd7A

piccinini02

Mise en ligne le 1 avr. 2010
"New Orleans Function" (Handy) here played by the American trumpetist Louis Armstrong and his band.

« Le maître de cérémonie siffla et la musique s’éleva, transformée et entraînante, un « Oh, Didn’t He Ramble » sonore à l’ironie libidineuse.  Les soufflants s’époumonaient, l’escorte se mit à danser entre les tombes et les compagnons des différentes associations sortirent les bouteilles de bière et de bourbon pour porter un toast à la mémoire du défunt. Une atmosphère de carnaval s’empara du défilé et l’accompagna à travers les méandres du cimetière pour retourner vers les rues de la ville, rejoint par tous ceux qui voulaient participer à cette célébration. La masse des fêtards prit le chemin de la maison où s’était tenue la veillée. » [p. 22/23]

On replonge aussi dans ce qui faisait le quotidien de cette contrée, un autre monde qui aurait pu être la France. Le faiseur de musiciens qui seraient encore écouté 100 ans plus tard, KID ORY ...


L'homme de la Nouvelle-Orleans : Kid Ory et son Creole Jazz Band - 01/01/1955

« Lewis lui expliqua que la fin de la guerre, ça voulait dire la réouverture des boîtes de nuit et que les musiciens avaient à nouveau plein de boulot. Il lui raconta que ça marchait à fond pour lui : Kid Ory l’avait embauché pour jouer dans son groupe au New Orleans Country Club tous les samedis. Et, quelques mois plus tard, lors ‘un concert au Cooperator ‘s Hall, Fate Marable l’avait entendu jouer et l’avait engagé pour se produire sur les bateaux à vapeur de la compagnie Streckfuss qui faisaient les croisières sur le Mississippi. » [p. 55/56]

 "Carnaval" nous permet d'évoquer les habitudes culinaires des habitants, dans les quartiers pauvres également. Le po'boy, sorte de casse-croûte dans lequel on retrouve tout le repas, pain, légumes et viande ou poisson. Allez faire un tour sur mon blog culinaire : 
-=-=-
Mon avis :
Les beaux jours approchent, l'heure d'été est programmée, donc un peu plus de temps pour se plonger dans de bons livres, en profitant des rayons du soleil. 
Je conseille Ray Celestin, car un nouveau livre "Mascarade" vient de sortir en février 2017, Chicago, comme décor devinez quels seront les personnages ... (Il faudra attendre 2018 pour le poche) 


Pour en savoir plus :
Editeur : Cherche-midi
ISBN: 9782749141954
ISBN numérique: 9782749143545
Date parution: 15/05/2015
Dimensions: 220 x 140 mm

Nombre de pages: 496
Prix : 21.00€/7.99€

EN POCHE
Editeur 10/18

Grands Détectives

Nombre de pages : 528
Format : POCHE
9782264066312
Prix : 8.80 €

mercredi 11 janvier 2017

Le Sang de la vigne

Le sang de la vigne

Je viens de découvrir une série policière à la télévision.  Cependant le thème de cette série, parlant de vigne et d’œnologie. alors que je viens d'ouvrir un chapitre sur l'Hôtellerie et la restauration dans les séries justement a accroché mon intérêt. 

Il s'agit de mise en image d'un ensemble de livres "policier" ayant pour cadre des châteaux et des propriétés viticoles dans différentes régions. Les auteurs sont Jean-Pierre Alaux et Noël Balen dans la collection éponyme, tous publiés chez Fayard.



au fur et à mesure des diffusions des films à la télé, (sur France 3) Le Livre de Poche réédite le livre correspondant. 
(actuellement 3 volumes seulement)
Collection Fayard :
http://www.lesangdelavigne.com/index.php#du_tome_1_a_18

une nouvelle série consacrée à la table :


CRIMES GOURMANDS : la série pour les gastronomes du polar !

De la cave à la cuisine, il n'y a qu'un pas. Et les éditions Fayard l'ont franchi. 
Noël Balen, en collaboration avec Vanessa Barrot, lance la nouvelle série " Crimes gourmands ". Le premier volume s'intitule " Petits meurtres à l'étouffée ", une déambulation intriguante dans les bouchons de Lyon, capitale des fines gueules.
Ont suivi " La crème était presque parfaite " qui se déroule en Normandie, ainsi que " Un cadavre en toque " qui a pour cadre Paris.
Le 4ème volume " Mortelle fricassée " investira prochainement les terres du Périgord.

dimanche 1 janvier 2017

Jour de l'An ! 1er janvier 2017




Meilleurs vœux pour cette nouvelle année ! 

Beaucoup de belles lectures ...

















Quelques douceurs ...



A très bientôt ...