Pages

jeudi 31 décembre 2015

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2016 !



     Aujourd'hui, 31 décembre 2015, Saint-Sylvestre donc synonyme de réveillon, l'usage veut que l'on se retrouve autour d'une table et de plats un peu exceptionnels. Nous avons appris à mettre "les petits plats dans les grands" et dresser une jolie table. En cette dernière journée 2015, qui restera une triste année dans nos mémoires, et justement pour ne pas mettre un genou à terre, et résister, il faut toujours garder en mémoire ceux qui ont été ravis, mais pour eux résister vivre encore plus intensément qu'avant. 

     En cette période de bilan, je tenais à remercier tout particulièrement les lecteurs qui se sont arrêtés quelques instants sur les articles de mes lectures du moment. Grâce aux statistiques, je constate que On ne lit jamais trop... a été vu 2 837 fois de par le monde. 
En Afrique : Algérie, Côte d'Ivoire, Madagascar, Maroc, Tunisie ; 
En Amérique : Brésil, Canada, Etat-Unis, Guadeloupe ; 
En Asie : Egypte, Emirats Arabes Unis, Inde, Israël, Japon, La Réunion, Russie, Singapour, Turquie, Ukraine ;
En Europe : Allemagne,  Belgique, Espagne, France,  Irlande, Italie, Luxembourg,       Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède, Suisse ;
En Océanie : Australie ;

Ce site vous a plu ? N'hésitez-pas à vous abonner sur Facebook aussi, pour échanger plus encore avec la communauté, et être tenu au courant des derniers articles et vidéos postés. Bonne visite !

     J'aimerai beaucoup recevoir de mes lecteurs quelques propositions de livres d'auteurs intéressants dans votre pays, qui pourraient être traduits et lus en français. 

     J'espère une nouvelle année aux multiples lectures toujours plus intéressantes, dont je ne manquerais pas de vous faire part, en publiant mes chroniques et dossiers de recherches afin d'approfondir certains sujets. A très prochainement donc sur On ne lit jamais trop ... 


lundi 14 décembre 2015

Noël approche ! 10 jours encore à patienter ! JÉSUS et l'Histoire

     Nous sommes à quelques jours de cette date qui commémore la venue au monde de Jésus. 2015 années seraient officiellement la date de son arrivée en ce monde. Cependant, les historiens et les archéologues ne sont pas réellement d'accord sur cette date. 

    J'ai eu l'occasion de pouvoir lire un livre parlant de sa mère, Marie. Ce qui m'a donné l'envie d'approfondir un peu le sujet, et de faire un point sur les recherches ...


Quatrième de couverture
« C'est un livre court, mais aussi dense qu'un diamant. »
Irish Times

Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, à l'écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Lentement, elle extirpe de sa mémoire le souvenir de cet enfant qu'elle a vu changer. En cette époque agitée, prompte aux enthousiasmes comme aux sévères rejets, son fils s'est entouré d'une cour de jeunes fauteurs de trouble infligeant leur morgue et leurs mauvaises manières partout ou ils passent. Peu à peu, ils manipulent le plus charismatique d'entre eux, érigent autour de lui la fable d'un être exceptionnel, capable de rappeler Lazare du monde des morts et de changer l'eau en vin. Et quand, politiquement, le moment est venu d'imposer leur pouvoir, ils abattent leur dernière carte : ils envoient leur jeune chef à la crucifixion et le proclament fils de Dieu. Puis ils traquent ceux qui pourraient s'opposer à leur version de la vérité. Notamment Marie, sa mère. Mais elle, elle a fui devant cette image détestable de son fils, elle n'a pas assisté à son supplice, ne l'a pas recueilli à sa descente de croix. À aucun moment elle n'a souscrit à cette vérité qui n'en est pas une.

En bref : 
     Un récit qui veut faire parler Marie, la mère de Jésus. Elle revient sur les derniers jours, juste avant l’arrestation, le procès, et la crucifixion.  Les derniers miracles, pour finir, le dernier repos sur le mont des Oliviers. Enfin Marc, qui devrait arrêter Marie avec les fidèles de Jésus, mais qui lui dit de fuir. Est-ce une marque de respect ou un piège ? 
Sa culpabilité, d'avoir été presque enlevée pour échapper à leurs bourreaux. Son grand regret de n'avoir pas été là jusqu'au bout pour soutenir son fils ! 
« Il nous a annoncé que nous serions bientôt en sûreté, qu’un bateau viendrait nous chercher et nous emmènerait à Ephèse, où une maison nous attendait, une maison où nous serions toujours protégées. Il ne comprenait pas que ces assurances et ces réconforts ne nous aidaient en rien dans la douleur qui nous submergeait à présent, le choc et la honte de notre conduite. Nous avions laissé à d’autres  le soin d’enterrer mon fils. Peut-être n’avait-il même pas été enterré. Nous nous étions enfuies vers un lieu où ce qui se passait dans nos rêves avait plus de chair, plus de substance, que les événements de notre vie consciente. … » [p. 58]
Mon avis 
     Une belle approche de ce que pouvait être la vie de cette mère, dont on n'évoque souvent la vie que lorsqu'elle porte l'enfant qui deviendra Jésus le Christ, mais qui n'en a pas moins été une femme, une mère d'autres enfants dont on parle peu. 

Le site du livre chez l'éditeur : 

L'auteur
Auteur irlandais reconnu dans le monde entier, Colm Tóibín a été trois fois dans la dernière sélection du Booker Prize. Aux éditions Robert Laffont, dans la collection « Pavillons », ont été publiés La Couleur des ombres (2014), Brooklyn (2011), L'Épaisseur des âmes (2008) et Le Maître (2005). 
Son site Internet : www.colmtoibin.com
Traduction : Anna GIBSON
Pour en savoir plus :
ISBN : 2-221-13490-7

Parution : 20 Août 2015
Format : 135 x 215 mm
Nombre de pages : 126
Prix : 14,00 €
-=-=-
    Novembre 2015, un nouveau titre vient de sortir, 


Quatrième de couverture :
Quelles sont les circonstances qui ont mené à la crucifixion de Jésus ? Si, aujourd'hui encore, les principales informations sur la vie de ce jeune révolutionnaire aussi adoré que controversé proviennent des Évangiles, il existe néanmoins de nombreuses sources historiques peu exploitées. En particulier des documents juifs et romains de l'époque, tels les manuscrits de Flavius Josèphe.

Bill O'Reilly et Martin Dugard ont entrepris ici de confronter le récit de la Bible à ces écrits. Plus de deux mille ans après la mort de Jésus, ils nous racontent ainsi en détail le séisme politique et historique qui a rendu son exécution inévitable – et a changé le monde occidental à jamais.

Portrait d'un homme et d'un temps, naissance d'une religion : avec cet ouvrage formidablement vivant sur les derniers jours de Jésus, qui se lit comme un roman, les auteurs nous offrent une vision inédite de la plus grande histoire jamais contée.

Mon avis :
     Un livre qui parle de Joseph, Marie et Jésus, mais pas comme une scène de la vie religieuse. Non, nous allons vivre ici, une histoire dans l'Histoire, les auteurs se sont attachés à nous situer dans le contexte historique de l'époque, avec de nombreuses illustrations et cartes pour mieux se situer. D'une lecture facile, nous réviserons par la même occasion une partie de l'Histoire des conquêtes de la Rome antique. Car il ne faut pas oublier que Rome occupait cette partie de la terre qu'on dit Sainte ! 


Les auteurs : Martin DUGARD - Bill O'REILLY
Traducteur : Cindy KAPEN
Pour en savoir plus : 
ISBN : 978-2-7491-4011-7

Collection Documents
04 novembre 2015
Prix : 19,50 € 

-=-=-
Un roman, cette fois, proposé par une grande dame de la littérature et de l'histoire. Sa place parmi les grands n'est pas contestée, à l'Académie Française. 


Quatrième de couverture :
« Ce livre est un roman dont les héros sont les quatre frères de Jésus : Jacques, José, Simon et Jude. Mais bien qu’ils soient ici des personnages romanesques, je ne les ai pas inventés : tous appartiennent à l’Histoire et leur existence est attestée par de nombreux textes canoniques. Jacques, le second de la fratrie après Jésus, fut même le chef de l’Église de Jérusalem en un temps où la Rome chrétienne n’existait pas : en somme, le premier pape.
Restait à imaginer la vie de cette famille peu ordinaire dans la Palestine occupée par les Romains : tandis que les disettes s’enchaînent, que les tensions politiques s’exacerbent et que les sectes religieuses se multiplient, les massacres succèdent aux révoltes et le peuple, épuisé, attend le Jugement dernier.
Au soir de sa vie, Jude, le dernier des frères, se souvient et raconte… »
F.C.
C’est en historienne avertie, qui maîtrise parfaitement ses sources, et en romancière puissante que Françoise Chandernagor nous transporte dans la Judée du premier siècle. Usant d’une langue aux accents bibliques, tour à tour concrète ou poétique, elle nous donne à voir, par les yeux du frère de Jésus, un monde déchiré dans lequel l’annonce du Royaume le dispute à la tentation de l’Apocalypse.

Mon avis
     C'est la découverte de documents et d'objets en 1950 près d'Abydos en Egypte dont le manuscrit de la vie de Jude, se présentant comme des papyrus, qui fut l'élément déclencheur de l'histoire de ce livre. Il y a de quoi donner matière à une romancière, qui plus est historique, de nous proposer une reconstitution de la vie de cette famille.
Je n'ai pas encore lu ce roman, juste feuilleté. Mais, je pense que nous ne serons pas déçu.


Pour en savoir plus :
EAN13 : 9782226259943
Parution : avril 2015
Format : 220 mm x 150 mm
400 pages
Prix : 22.90 €
-=-=-

D'autre part, je pense qu'il est intéressant de mentionner une série documentaire diffusée ces jours-ci sur ARTE.  "Jesus et l'islam" 



Pour voir le premier volet, et les suivants : You Tube : https://www.youtube.com/watch?v=lCNZ2ce3vIA

Il seront disponible en DVD, sous différentes formule, à l'achat, en location, DVD, VOD, 

-=-=-

D'autres informations semblent se diffuser sur Internet, à propos d'un portrait de Jésus ! 
Je fais mon enquête ...
Bonne lecture et bon visionnage ! 

dimanche 13 décembre 2015

Faire une bonne action en se faisant plaisir ! ...

     Bientôt les fêtes de fin d'année, l'occasion de passer de bons moments en famille ou/et avec des amis. Sans vouloir vous faire culpabiliser, on peut avoir une pensée pour tous ceux qui n'ont pas notre chance. Les temps sont difficiles pour certains Français, et également pour d'autres habitants du Monde pas si loin de chez nous, où les combats détruisent tout et massacres les populations. 

     Alors se faire plaisir en achetant deux livres à prix raisonnable, puisqu'il s'agit de Poche, sachant que ce geste profitera aussi à des personnes dans le besoin, ne vous privez pas !



     Les restaurants du cœur, initié par Coluche, avec POCKET renouvelle l'opération de l'année dernière. "13 à table", c'est un recueil de nouvelles écrites par des plumes célèbres. Un livre acheté et Pocket offre 3 repas ! 



Le site du lire chez l'éditeur : http://www.pocket.fr/livres-poche/evenements/13-a-table-avec-les-restos-du-coeur/

     Une actualité dramatique mettant sur les routes de l'exil des millions d'hommes, de femmes et d'enfants, cela fait remuer les consciences, lorsque l'on n'a pas les manettes pour interrompre cette guerre. Alors des auteurs, n'ayant que leurs pensées, leur stylo, se sont mobilisés pour offrir des récits, en aide à ces personnes mises sur les routes !


"Les mobilisations collectives et les prises de position citoyennes ont été aussi nombreuses en cette longue année 2015 que l’actualité a été terrible. La récente image d’un enfant échoué sur une plage a soulevé un haut-le-cœur international et accéléré la prise de conscience.
Après la sidération, il nous a semblé urgent de donner la parole à des hommes et femmes publics afin de constituer un recueil de textes et de dessins sur le thème de l’asile et de ceux qu’on appelle désormais les réfugiés.
Les Éditions Points ont décidé de prendre leur part de responsabilité, à la mesure de la violence des mots entendus et des images vues."


Tous les bénéfices de la vente de cet ouvrage seront intégralement reversés au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.




Le site du livre chez l'éditeur : 



Bonne lecture et merci pour eux !

mercredi 9 décembre 2015

Salon du Livre Jeunesse de Montreuil 2015



     Placé cette année sous le signe d'Alice au pays des merveilles, nos chères petites têtes blondes, vont pourvoir rêver, mais aussi se cultiver, grâce à tous ces éditeurs, qui ont découvert et décidé de publier les auteurs qui écrivent pour eux. 
Pour tout savoir sur le Salon : http://slpj.fr/

     Je vous invite à faire un tour au Salon, à travers la vidéo de "Un Jour. Un Livre


Le site de Un jour. Un livre : http://unjour-unlivre.fr/

De quoi passer de bons moments avec vos enfants !

dimanche 6 décembre 2015

La Bête noire 3 ... "Tout le monde te haïra !" Alexis Aubenque.

     Troisième opus dans la collection La Bête noire chez Robert Laffont, 



Quatrième de couverture :
     En Alaska, la ruée vers l'horreur a commencé.
La première enquête de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell. 
White Forest, petite ville côtière du sud de l'Alaska, est en émoi. Pris dans les glaces, un navire ayant sombré en 1920 vient d'être découvert. Les corps des marins en ont été extraits, mais manquent à l'appel ceux d'une centaine d'orphelins...
C'est dans cette étrange atmosphère que débarque Alice Lewis, avec l'espoir de retrouver sa sœur disparue. Elle engage aussitôt un ancien flic au passé trouble devenu détective privé, Nimrod Russell.
De l'autre côté de la ville, la lieutenante Tracy Bradshaw récupère une sordide affaire : pendu par les pieds dans sa grange, un notable a été éventré à l'aide d'un hakapik, l'arme inuit servant à abattre les phoques.
Envers, et surtout contre tous, les deux ex-coéquipiers, Tracy et Nimrod, vont devoir travailler ensemble alors que plane sur eux l'ombre des enfants disparus

-=-=-

Sujet

     L’Alaska, ce territoire de glace et de froid, que l’on croirait un paysage de carte de Noël. Cette saison, où l’on se croit la nuit presque 24 heures sur 24, n’est pas la saison idéale pour découvrir l’endroit. Malheureusement, si le paysage semble idyllique, les événements qui vont se dérouler dans ces lieux sont dignes de l’Enfer. Certaines personnes semblent bien diaboliques !



En Bref :
     Une jeune femme vient d’apprendre, à la mort de sa mère, qu’elle a une demi-sœur. Elle semblait totalement ignorer également son existence, lorsqu’elles se sont contactées. Mais depuis quelques temps .... Laura ne donne plus signe de vie. Elle ne répond pas à ses appels, même son mari Lloyd Barnes, ne veut pas lui parler. Elle décide donc de venir voir par elle-même ce qui se passe, en Alaska. Elle se rend dès le lendemain de son arrivée à White Forest au Commissariat pour faire une déclaration de disparition. Mais les choses ne semblent pas être si simples que cela, lorsqu’elle apprend que Lloyd Barnes n’est autre que le fils du maire de la ville.
Alors qu’elle vient juste d’arriver à White Forest, une curieuse ambiance règne sur la ville. Un meurtre affreux vient d’être commis. Un homme vient d’être tué et éviscéré avec un outil inuit ! C’est un industriel qui a pignon sur rue et des entrepôts au port.
En plus une histoire ancienne refait surface. La disparition d’un bateau russe, il y a bien longtemps. Mais de mystérieux cadavres refont surface de temps en temps. Les marins qui seraient noyés. Cependant, on a appris que de nombreux enfants étaient à bord de ce bateau que l’on n’a jamais retrouvé.  



Mon avis : 3/5

Avec ce nouveau roman, la collection LA BÊTE NOIRE, tient son troisième volume. Je ne connaissais pas Alexis Aubenque, voilà un nouvel auteur de polar, qui sort un peu des traditionnelles plages, ou des quartiers sordides de chaque grande ville, pour nous conduire presque dans l’Arctique. 

Une suite d’événements et la découverte d’autres morts vont retenir en haleine les lecteurs, pendant quelques 432 pages. Même si j'aurai apprécié que certains passages soient peut être un peu plus développés. Il y avait matière avec certains personnages comme Vassili et Zachary. Mais, il fait très froid dans le grand Nord du Canada, les personnages et l’auteur peut-être aussi devaient être pressés de rentrer se mettre au chaud, devant un bon feu de cheminée avec un bon café ! 


-=-=-
Le livre chez l'éditeur : 

Pour en savoir plus :
ISBN : 2-221-15934-9
Éditeur : Robert Laffont
Collection : La Bête Noire
Parution : 4 Novembre 2015

Format : 140 x 225 mm

Graphisme : © COLLECTION PARTICULIÈRE
Nombre de pages : 432

Prix : 20,00 €
-=-=-

Une production impressionnante, que l'on pourra consulter sur le site Wikipédia qui lui est consacré. 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexis_Aubenque

vendredi 27 novembre 2015

La Vie à la Française ... suite

     Afin de poursuivre cette petite étude de ce qui fait notre Art de Vivre à la Française, je me suis rappelée deux auteurs contemporains, qui ont le pouvoir de me plonger dans une bulle pour faire revivre des pages de notre histoire de France, avec leurs personnages. En lisant leurs livres, nous apprenons, par exemple, l'histoire de notre gastronomie et des aliments que nous trouvons normal de voir sur les étals de nos marchés. Mais savons-nous seulement d'où ils viennent ? Mais aussi, que Voltaire fut un commerçant, et un homme obligé de se cacher, de fuir la France, car sans cesse menacé de se retrouver au cachot à cause de ses écrits.

Michèle Barrière, a consacré ses études à cette quête sur l'histoire des aliments que nous cuisinons de nos jours. Maintenant, elle nous fait profiter de ses recherches, en prétextant, dans chaque livre, une enquête policière menée par son personnage principal, et sa dynastie au travers des siècles. 
Je vous invite à vous rendre sur son site, pour faire connaissance avec ses personnages.




Quelques uns de ses livres au Livre de Poche ... Pour connaître sa bibliographie consultez 
le site de l'auteur : http://www.michelebarriere.fr/

Le site de l'éditeur : http://www.editions-jclattes.fr/meme-auteur/88776 


Un dernier opus, "La France à table" Ed. Les Arènes. une plongée dans les archives de la gastronomie française, cent ans de souvenirs.

Sur le site de l'Editeur : http://www.arenes.fr/spip.php?article4422

DERNIERE HEURE : Pour information, Michèle Barrière reçoit le Grand Prix Eugénie Brazier, catégorie roman et essai, pour "La France à Table"
Elle sera l'invitée d'Elise Ducet au JT du 13h vendredi 4 décembre 2015

-=-=-
                        
Après avoir nourri le ventre de l'homme, il faut nourrir l'esprit, alors, qui de mieux que notre Voltaire, pour évoquer l'esprit français. 

Frédéric Lenormand a su avec ses livres "Voltaire mène l'enquête", s'approprier l'écriture de Voltaire. Voilà, le style de Voltaire même, on s'y croirait ! Je dirai même que c'est du Champagne ... pétillant, plein d'humour, du Voltaire en somme !



Et d'autres encore ...

Le site de l'éditeurhttp://www.editions-jclattes.fr/meme-auteur/88267

Voilà quelques ouvrages décrivant avec bonheur "le savoir vivre à la Française" que nous envient tant de monde ! 


La vie à la Française ... à suivre ...

samedi 21 novembre 2015

La Vie à la Française ...

     Le "mode de vie parisien", fait rêver beaucoup d'hommes et de femmes de par le Monde. Les Chinois même trouvent "romantique" de venir se marier ou en voyage de noces à Paris, et prendre des photos en robe de mariée avec les monuments de Paris comme décor vivant ! 
     Sur la passerelle des Arts, les amoureux du monde, venaient accrocher un cadenas au grillage pour sceller leurs amours... Il y en a tellement que les grillages croulent sous le poids. 


article source

     Cela ne doit donc pas être si démoniaque de vouloir maintenir cette façon de vivre, et que tant de touristes cherchent à venir profiter un peu de cette douceur de vivre ... 

     Alors pour mettre ma contribution aux hommages à la mémoire de celles et ceux qui ont été assassinés par ces monstres, je vais mettre ma petite pierre à l'édifice en parlant de quelques livres ou chansons qui évoquent notre mode de vie !

Des chansons ont fait le tour du Monde ...

     - La Bohême de Charles Aznavour





Sur "Les Champs-Elysées" de Joe Dassin




Des livres ... 
     - "Bohèmes" de Dan Franck un volumineux ouvrages (574 pages) illustrés 




Quatrième couverture : 
     C‘était l’époque où Paris était la capitale du monde. Sur les trottoirs de Montmartre et de Montparnasse, entre le Bateau-Lavoir et Closerie des Lilas, allaient les sublimes trublions qui inventaient l’Art moderne et le langage du siècle : Jarry, son hibou et ses revolvers, Picasso sympathisant anarchiste, Apollinaire l’érotomane, Modigliani et ses femmes. Max Jacob et ses hommes, Arago le flambeur ? Soutine le solitaire, Man Ray, Braque, Matisse, Breton et les autres… Ils venaient de tous les pays. Ils étaient peintres, poètes, sculpteurs, musiciens. Fauves, cubistes, surréalistes, fêtards, amoureux – libres.
Ils portaient des cravates en papier, des caleçons en guise de chemises… Plus tard, ils échangèrent leurs sandales trouvées contre des lavandières et des montres en or, sans jamais abandonner les exigences de leur jeunesse. Ainsi vont les artistes. Pendant trois décennies, ils menèrent le bal des plumes et des pinceaux. Ils y convièrent des brocanteurs devenus marchands, des couturiers-mécènes, une poignée de milliardaires, des filles de rues peintes comme des princesses.

Leurs vies sont flamboyantes comme leurs œuvres. Et leurs œuvres, belles comme la vie. Ils demeurent à jamais les personnages de leurs propres légendes. Ils furent et restent les héros du temps des Bohèmes : un monde magnifique dont les reflets éclairent encore le siècle tournant la page.
"Un monde sans art serait aveugle à lui-même. Il serait enfermé entre les bornes de règles simplistes. C'est pourquoi, quand ils s'installent, les totalitarismes censurent, interdisent et brûlent. Ainsi crèvent-ils le regard de la pensée, du rêve, de la mémoire et de l'expression des différences. La terre d'où naissent les artistes." 

     C'est par ces quelques phrases, les premières du livre de Dan Franck que je souhaite parler de ce livre. Il n'y a pas mieux en ces jours de recueillement.
     De Montmartre à Montparnasse, on retrouvera les traces de tous les artistes devenus célèbres, dont les œuvres sont proposées aux enchères dans les plus célèbres maisons de ventes du Monde. 

Pour en savoir plus :
EAN : 9782702129166
Code Hachette : 5171111
Format : 155 x 240 mm
570 pages
Parution : 7 octobre 1998
Prix : 26.15 €

Il existe une version poche :
EAN / ISBN : 9782253117940
640 pages
Date de parution : 26/04/2006
Prix : 8.10€

-=-=-

     Une autre époque est évoquée dans cette suite, après l'Espagne des années 1930, (volume 2) voici le troisième tome, l'époque de 1940 à la Libération !



Quatrième de couverture :
     Après Bohèmes, qui ressuscitait les années Montmartre et Montparnasse, et Libertad !, l’Espagne en feu des années 1930, Dan Franck poursuit son histoire des artistes et des intellectuels. Minuit court de la débâcle de 1940 à la Libération.
Dans cette nuit qu’on pense bien connaître, ses personnages sont inoubliables : traîtres et héros, petites mains, grandes plumes. André Malraux et la belle Josette Clotis, qui mourra les jambes tranchées sous un train. Sartre qui écrit au Flore, cigarette à la main, sur l’engagement et sur l’être. Louis Aragon, Picasso, Marguerite Duras rue Saint-Benoît, mais aussi Jean Prévost, mort au maquis, ou Saint-Exupéry, pataud et courageux. Jeanson et Desnos, rebaptisant « Je suis partout » en « Je chie partout ».
Une grande partie de la France qui peint, écrit, dessine, semble « faire avec ». Parfois elle trahit. Souvent elle collabore. L’horrible Jouhandeau crache sa haine. Drieu la Rochelle ne peut plus « baiser sa femme, parce qu’elle est juive. » Editeurs en quête de papier, cinéastes qui se cherchent de la bobine, écrivains apeurés, aventuriers ou coureurs, héros anonymes ou presque, comme Jean Desbordes, romancier mort sous la torture et qui ne parla pas, toutes ces figures font un livre fulgurant de vérité. C’est vrai, la France de Minuit est bien sombre : et sans légende.
Pourtant, impossible d’oublier Marc Bloch, sublime figure que Dan Franck nous fait connaître et aimer. Tout comme les réfugiés, moins connus, allemands notamment, Franz Werfel et Alma Mahler, Arthur Koestler, Manes Sperber et tant d’autres…


le site du livre chez l'éditeurhttp://www.grasset.fr/minuit-9782246613510
Pour en savoir plus : 
EAN : 9782246613510
Parution : 29/09/2010
Pages : 512
Format : 154 x 240 mm
Prix : 23.30 €

Existe en poche : 
Prix : 7.60€

A NOTER 
une nouvelle édition de ces ouvrages regroupés en un seul volume, aux éditions Fasquelles et Grasset au prix de 29.00 €


Pour regarder le documentaire ARTE, en 6 épisodes, il semble que nous devons attendre un peu 
Un film d’Amélie Harrault et Pauline Gaillard
2014, 6x52 min.
EN DVD LE 2 DECEMBRE 2015
Diffusion sur ARTE les 16, 17 et 18 décembre 2015
Egalement disponible en VOD sur www.arteboutique.com

-=-=-
On ne peut pas évoquer, ce qui serait un hymne à Paris, sans mentionner l'hommage de la part de ce grand amoureux de notre ville, Hémingway, pourtant "un grand bourlingueur", dit son amour pour Paris dans 


Première parution en 1964

Trad. de l'anglais (États-Unis) par Marc Saporta. 
Édition de Seán Hemingway. Avant-propos de Patrick Hemingway
Édition revue et augmentée en 2011. Avant-propos, introduction et inédits traduits par Claude Demanuelli


Quatrième de couverture

Au cours de l’été 1957, Hemingway commença à travailler sur les «Vignettes parisiennes», comme il appelait alors Paris est une fête. Il y travailla à Cuba et à Ketchum, et emporta même le manuscrit avec lui en Espagne pendant l’été 59, puis à Paris, à l’automne de cette même année. Le livre, qui resta inachevé, fut publié de manière posthume en 1964. 

Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulent entre la mort de l’auteur et la première publication, le manuscrit subit d’importants amendements de la main des éditeurs. Se trouve aujourd’hui restitué et présenté pour la première fois le texte manuscrit original tel qu’il était au moment de la mort de l’écrivain en 1961. 
Ainsi, «Le poisson-pilote et les riches», l’un des textes les plus personnels et intéressants, retrouve ici ces passages, supprimés par les premiers éditeurs, dans lesquels Hemingway assume la responsabilité d'une rupture amoureuse, exprime ses remords ou encore parle de «l’incroyable bonheur» qu’il connut avec Pauline, sa deuxième épouse. Quant à «Nada y pues nada», autre texte inédit et capital, écrit en trois jours en 1961, il est le reflet de l’état d’esprit de l’écrivain au moment de la rédaction, trois semaines seulement avant une tentative de suicide. Hemingway y déclare qu’il était né pour écrire, qu’il «avait écrit et qu’il écrirait encore »...
Pour en savoir plus
ISBN : 9782070128846 - Gencode : 9782070128846 - 

Code distributeur : A12884
320 pages, 140 x 205 mm 
Achevé d'imprimer : 20-04-2011
Genre : Romans et récits Catégorie > Sous-catégorie : Littérature étrangère > Anglo-saxonnes 
Pays : États-unis
Époque : XXe siècle

Une édition poche chez folio est également disponible !
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio/Paris-est-une-fete


     Un impressionnant "beau livre" raconte la vie d'Hemingway, aux éditions Michel Lafon. Un chapitre appelé PARIS EST UNE FÊTE, nous explique cette période de sa vie, photos à l'appui.


On y lira la genèse de cette citation :
[Comme Hemingway le dira plus tard à Aaron Hotchner, son compagnon d'aventures des dix dernières années de sa vie :
"Si tu as eu la chance de vivre à Paris comme jeune homme, alors, où que tu ailles le reste de ta vie, Paris restera avec toi car Paris est une fête."]
le site du livre chez l'éditeur :  http://www.michel-lafon.fr/livre/942-Hemingway.html

-=-=-

     Je pense avoir déjà bien travaillé, dans un délai si court. Cependant, il n'est pas impossible, c'est même certain, que je continuerai à alimenter cet article, au fur et à mesure de mes découvertes. Donc n'oubliez pas de revenir souvent consulter mon blog, de me faire part dans les commentaires d'ouvrages ou de documents qui vous reviendraient en mémoire. Merci. 

Prenez soin de vous !


vendredi 20 novembre 2015

Les prix littéraires : en savoir plus ...

     Voilà, le grand rush littéraire de fin d'année s'achève. Les journalistes vont pouvoir ranger leur matériel et retourner à leur bureau, pour enquêter sur les lauréats, et leurs productions littéraires. 

     Les prix littéraires, au fait qu'est-ce ? Nous avons vu un petit historique de chaque prix, mais on peut approfondir un peu l'enquête. Combien y en a-t-il ? Comment sont-il dotés ? Quelle influence ont-ils sur les ventes de ces livres ? Et ce que cela rapporte vraiment aux auteurs ? 

     Différents articles sont publiés à cette occasion, les regrouper sera l'objet de cet article au fur et à mesure que j'en trouverai. Revenez donc souvent afin de consulter les mises à jour.

     Dans Wikipédia : "Liste des prix littéraires" un récapitulatif fort utile pour trouver l'ensemble des récompenses depuis le Prix Nobel, jusqu'au petit prix non médiatisé, mais qui prouve que la littérature intéresse encore.


France

     Le prix le mieux doté en France semblait être le grand prix de littérature Paul-Morand qui, jusqu'en 2000 était de 300 000 francs, arrondi depuis à 45 000 euros, mais il est depuis dépassé par le prix mondial Cino Del Duca doté de 300 000 euros. Le plus prestigieux des prix, le Goncourt, était récompensé à l'origine par la somme de cinq mille francs qui, de dévaluation en dévaluation, a fini par se réduire à cinquante francs de 1960, puis à une poignée d'euros, mais le tirage (qui n'est jamais au-dessous de cent mille) compense largement ce manque à gagner, générant des droits d’auteur supérieurs à 600 000 euros. Seuls les 5 « grands » ­ (prix Goncourt, Femina, Médicis, Renaudot et Interallié) dopent significativement les ventes. Roger Peyrefitte estimait en 1982 leur nombre à près de deux mille et concluait que, puisque la France compte à peu près trente mille hommes de lettres, chacun peut espérer avoir au moins un prix. Il y aurait près de 2 000 prix littéraires en France (200 simplement qui ont une portée nationale, attribués par une dizaine de jurys littéraires) si on prend en compte les prix des concours littéraires, des Jeux floraux, les prix de comités d'entreprises (tel le Cezam Prix Littéraire Inter CE), de médiathèques, d'institutions comme les conseils généraux, ce qui fait de la France le premier pays au monde pour le nombre de distinctions littéraires attribuées chaque année, devant le Japon.

Selon une étude de GfK, les prix ayant eu le plus d'impact sur les ventes de 2005 à 2009 seraient :

Prix Goncourt (380 000 ventes moyennes par livre primé)
Prix Renaudot (220 000)
Prix Femina (155 000)
Prix Goncourt des lycéens (125 000)
Grand prix des lectrices de Elle (120 000)
Prix des maisons de la presse (100 000)
Prix Interallié (95 000)
Prix du livre Inter (60 000)
Prix des libraires (55 000)
Prix du roman Fnac (50 000)
Prix Médicis (42 000)

Le prochain dans quelques jours le prix Interallié.
Créé en 1930, le prix Interallié est destiné, du moins dans son principe, à couronner le roman d'un journaliste.

à suivre ...

vendredi 13 novembre 2015

Les Prix Littéraires 2015 : d'autres encore font leur apparition ...

    Novembre 2015, après les plus connus des prix littéraires de l'automne, il faut aussi parler des plus modestes :
  • Le prix de Flore : 
Le site du prix : http://prixflore.fr/
     Remis ce mardi 10 novembre 2015, au cours de la traditionnelle hyper-beuverie organisée par Frédéric Beigbeder au Café de Flore.
Philippe Jaenada a raconté la cérémonie de l'an dernier dans son roman "la Petite femelle", paru en août chez Julliard, et finaliste du prix Interallié. Il a bien saisi l'essence de l'événement. 
Extrait à lire dans l'article : 
http://bibliobs.nouvelobs.com/sur-le-sentier-des-prix/20151109.OBS9151/je-suis-alle-a-la-remise-du-prix-de-flore-et-j-ai-fini-a-l-hopital.html

Le Prix de Flore 2015 décerné à Jean-Noël Orengo pour 

 


"Fleur du capital" premier roman de Jean-Noël Orengo, un pavé de 800 pages, publié chez Grasset, veut nous faire explorer la capitale mondiale de la prostitution en Thaïlande.



L'écrivain l'a emporté au deuxième tour par huit voix contre quatre à Emilie Frèche (Un homme dangereux, Stock).

Le site du livre chez l'éditeur : http://www.grasset.fr/la-fleur-du-capital-9782246852537

Bravo aux éditions Grasset, beau doublé avec l'Interallié !


-=-=-
  • Prix du Premier roman 2015 :
     Le Prix du Premier roman existe depuis trente-huit ans. (Quand même, ce n'est plus un petit nouveau né !) Présidé par Joël Schmidt, le jury est composé de Jean Chalon, Georges-Olivier Châteaureynaud, Annick Geille, Jean-Pierre Tison, Jean-Claude Lamy, Michèle Gazier, Gérard de Cortanze, Christine Ferniot, Gérard Guillot, Mohammed Aïssaoui.

Didier Castino, Prix du Premier roman 2015 aux éditions Liana Levi





Le site du livre chez l'éditeur : http://www.lianalevi.fr/f/index.php?sp=liv&livre_id=535

     Le Prix du premier roman étranger, lui, a été remis cette année à deux auteurs. Ont été couronnés d'une part la Brésilienne Vanessa Barbara pour La Nuit de la laitue (éditions Zulma), et d'autre part l'Autrichienne Maja Haderlap pour L'ange de l'oubli (éditions Métaillié).

Pour en savoir plus

http://www.lefigaro.fr/livres/2015/11/10/03005-20151110ARTFIG00227-didier-castino-prix-du-premier-roman-2015.php
-=-=-
Une récompense pouvant en cacher d'autres, était remis hier soir à Paris le prix Wepler-Fondation La Poste. Pour cette 18e édition a été couronné Pierre Senges pour son roman Achab (séquelles) (éditions Verticales), la Mention spéciale du jury revenant à Lise Charles pour Comme Ulysse (éditons P.O.L)...

Le prix Interallié : un peu d'histoire ...

Un article paru dans Le Figaro, à propos de ce prix permet de tout dire. Je n'ai rien à ajouter : 

Le salon du Jury au Cercle de l'Union interalliée à Paris


En clôture de la saison des récompenses littéraires, cette récompense choisit aujourd'hui l'un des quatre ouvrages encore en lice. Décryptage de la genèse d'un prix très masculin.


● LA NAISSANCE: Le 3 décembre 1930, une trentaine de journalistes qui déjeunent au Cercle de l'Union interalliée à Paris en attendant les délibérations du prix Femina créent le prix Interallié. Il récompense un roman écrit par un journaliste, mais pas que, puisque Michel Houellebecq, non journaliste, l'a reçu en 2005 pour La possibilité d'une île (Fayard) et Morgan Sportès, pour Tout, tout de suite (Fayard), en 2006.
● LE JURY: Il est composé de dix journalistes ou écrivains masculins: Philippe Tesson (président), Éric Neuhoff, Jacques Duquesne, Stéphane Denis, Serge Lentz, Éric Ollivier, Jean-Marie Rouart et Claude Imbert. Christophe Ono-dit-Biot et Florian Zeller remplacent depuis 2013 Pierre Schoendoerffer et Jean Ferniot, tous deux disparus au cours de l'année 2012.
● LA DOTATION: pas de récompense sonnante et trébuchante pour ce prix uniquement honorifique. Mais un effet certain sur les ventes. Selon l'institut GfK, chaque prix littéraire entraîne un bond des ventes, l'Interallié étant promis à 90.000 exemplaires.
● LE DERNIER PRIX DE LA SAISON: La remise du prix se fait au restaurant parisien Lasserre, dans le 8e arrondissement. Dernier à être décerné à la mi-novembre, il clôt la saison des prix littéraires.
● LE PREMIER LAURÉAT: André Malraux, en 1930, pour La Voie royale (Grasset).
● À NOTER: sur quatre-vingt lauréats, Nelly Alard, récompensée pour Moment d'un couple (Gallimard) en 2013, est la neuvième femme couronnée. Avant elle, Dominique Bona est récompensée pour Malika, en 1992, il y a vingt-deux ans.
● LES QUATRE FINALISTES:
- Simonetta Greggio avec Les nouveaux monstres (Stock)
- Serge Joncour avec L'Écrivain national (Flammarion)
- Mathias Menegoz avec Karpathia (P.O.L)
- Éric Reinhardt avec L'Amour et les forêts (Gallimard).


-=-=-
Le prix Interallié 2015 attribué à Laurent Binet

Laurent Binet a décroché le Prix Interallié 2015 © MaxPPP

Pour en savoir plus : 


Ecoutez l'émission sur france info : 


Extrait : 
« C’est Barthes qui m’a fait comprendre qu’on pouvait tirer d’un texte plus que ce qu’il semblait dire... Avec lui, ce qui avait été soporifique à l’école –gloser sur des textes dont la lecture seule me semblait tout à fait suffisante- devenait soudain passionnant. » [p. 13]

Et comme quand on aime on ne compte pas, il semble que d'autres prix littéraires fleurissent comme par enchantement. Chaque structure, aujourd'hui veut associer son nom à des productions littéraires, une preuve que le livre n'est pas mort, et c'est bon pour les amoureux des livres !

Les prix littéraires ... à suivre !